L’éco branding, c’est quoi ?

Arnaud Joly
Arnaud Joly

sharings

[sibwp_form id=1]

L’éco-branding vous connaissez ? Si vous répondez que non, ne vous inquiétez pas, c’est normal puisque ça vient de sortir.

Le concept est lancé par Interbrand Paris en collaboration avec son client Citéo.
L’objectif ? Innover avec une nouvelle démarche d’éco-conception d’image de marque conciliant écologie et impact visuel.

Le développement durable est une question de société dans notre monde contemporain. Nous voyons de nombreuses initiatives à travers les individus, les événements et les pays. Mais nous ne le voyons pas encore en branding. Nous proposons un design de marque plus écologique, une nouvelle approche du processus de conception de la marque: l’Eco Branding.

Naturellement, un logo n’est pas trop cher à imprimer parce qu’il n’ a pas besoin de beaucoup d’encre mais d’imprimer un seul logo sur un milliard de bouteilles? C’est énorme!
Avec l’éco-branding, l’important est de repenser le design des ingrédients de la marque pour être plus écologique, avec l’avantage supplémentaire d’être aussi plus économique.

En septembre dernier, l’agence a réalisé une campagne de promotion mondiale pour Citéo, née du regroupement entre écofolio et éco-emballage. Pour matérialiser et promouvoir les principes de l’économie circulaire, la toute nouvelle marque doit aller au-delà d’une stratégie de marque classique et mettre en œuvre les principes qui animent sa nouvelle orientation. C’est là que l’éco-conception entre en scène dans le scénario Interbrand. La démarche consiste à réduire l’impact environnemental tout en conservant un maximum d’impact visuel. Elle a engendré une nouvelle vision du design, l’éco-marquage.

En pratique, chaque élément de Citéo a été conçu pour limiter la consommation d’encre, le nombre de pages imprimées et le poids des fichiers numérique. Que ce soit l’éco-logo qui allie performance visuelle et efficacité écologique et économique, l’éco-typographie du partenaire choisi en raison de son empreinte minimale, le Gill Sans, ou l’éco-iconographie détournée sur fond blanc, pour limiter la surface imprimée. » Il ne s’agit pas de militantisme environnemental, mais de s’assurer que les marques peuvent devenir des intervenants positifs dans la mutation écologique. Il s’agit de placer les aspects RSE au cœur de leur démarche stratégique et de leur positionnement de marque », explique Véronique Rheims.

Mot-Clefs: ,,